Rechercher

LES 5 RAISONS DE S’ENTOURER D’UNE DOULA POUR VIVRE UNE GROSSESSE EN TOUTE SÉRÉNITÉ

Mis à jour : août 6

Au tournant d’un like Instagram j’ai rencontré Justine, une doula, et ce fut une magnifique rencontre. Du coup, je tiens à vous en parler ici ! Vous savez ce que c’est, vous, une doula ? Moi, je ne le savais pas. Je suis donc allée consulter ce cher Google qui m’a donné quelques réponses, mais rien de bien satisfaisant pas rapport à la description et l’explication bien plus détaillée et proche de la réalité que Justine m’en a faite par la suite.


Ainsi, ma première compréhension de ce qu’est une doula, était qu’il s’agissait d’une personne qui accompagne la femme enceinte tout au long de sa grossesse, mais attention, elle ne substitue en aucun cas à une sage-femme, car son accompagnement n’est pas médical. Jusque-là rien de bien incroyable, mais c’est lorsque j’ai discuté avec Justine que la révélation s’est faite et je regrette aujourd’hui de ne pas l’avoir rencontrée plus tôt.

Justine m’a fait découvrir en toute simplicité l’immense soutien qu’apporte une doula. Que ce soit dans son rôle d’accompagnement et d’information, autant que pour recueillir et apaiser les doutes et peurs auxquelles une femme enceinte peut faire face. Mais ce qui m’a le plus impressionnée, c’est son écoute et sa volonté à s’adapter au besoin unique de chacune des mamans qu’elle accompagne en se rendant disponible quasiment H24 pour elles. Cette disponibilité m’a tout particulièrement interpellée car il est vrai que parfois les hormones peuvent avoir même les meilleures d’entre nous et c’est à cet instant T que l’on a besoin d’aide et soutien, pas au prochain rendez-vous 3 jours plus tard.





1. Plus qu’un travail, une vocation. Un accompagnement dénué de tout jugement parce que chaque femme est différente et tout sentiment au cours de sa grossesse a sa légitimité.


Annette & Valentine : Pourquoi fait-on appel à une doula ?

Justine : Pour se sentir soutenu(e) et légitime dans toutes nos émotions, dans tous nos doutes, nos choix, sans se sentir jugé(e). Pour pouvoir s’informer sur toutes les possibilités qui s’offrent à nous pour le suivi grossesse, l’accouchement et l’organisation du postpartum. C’est avoir une personne ressource qui pourra nous aider d’un point de vue émotionnel, informatif et logistique tout au long de cette période de bouleversements et d’ambivalences.



Annette & Valentine : Comment décririez-vous votre travail et votre mission ?

Justine : Je dirais que je suis une oreille attentive, sans jugement, qui est là pour faire émerger la légitimité de chaque questionnement de (futurs) parents et qui les rassure. Ensuite, j’ai vraiment un rôle informatif pour apporter aux futurs parents un maximum de liberté et d’autonomie afin qu’ils puissent faire des choix éclairés dans leur propre cheminement de parent. J’ai à cœur de donner ou redonner confiance en chaque parent et je suis entièrement persuadée que chaque femme soutenue, peut mettre au monde son enfant en toute sérénité. Quelque soit la naissance choisie ou vécue.



Annette & Valentine : Quand et comment commence votre travail et quand s’arrête-t-il ?


Justine : Encore une fois cela est unique. Il n’y a pas de généralité. J’accompagne certains couples

dès leur désir d’enfant. Certains aiment prendre les devants et appelleront tôt dans leur grossesse. Pour d’autres, cela peut arriver tardivement dans la grossesse, quand cela a du sens pour eux. Et enfin, il y en a d’autres qui auront besoin d’une doula exclusivement pour la période du post partum car ils sont sereins pour la grossesse et l’accouchement mais redoutent la nouvelle vie avec bébé. Mon travail en post partum peut s’étendre de quelques semaines à la première année du bébé, pour un couple qui aurait davantage besoin de soutien.





2. Une disponibilité sans pareil pour un réel accompagnement, parce qu’on n’est pas une femme enceinte que de 9h à 17h


Annette & Valentine : Comment vous organisez-vous avec les personnes que vous accompagnez ? Organisez-vous des rendez-vous hebdomadaires/mensuels… ?

Justine : Selon le besoin du couple que j’accompagne, nous agendons ensemble quelques rendez-vous pendant la grossesse, en présence, à mon domicile ou chez eux. Evidemment, je m’adapte à leurs contraintes professionnelles. J’aime espacer à un mois environ les entretiens. En revanche, la majorité de mon accompagnement/soutien réside par messages interposés car cela a beaucoup plu jusqu’à maintenant et le fait d’être connectée permet vraiment de soutenir en quasi tout temps et en tout lieu. Je les vois cheminer de semaine en semaine ! L’évolution de ces parents est toujours aussi belle.





3. Une adaptation à chacune des personnes que l’on accompagne, en fonction de ses besoins et de ce qu’elle désire


Annette & Valentine : La qualité de votre accompagnement est-elle amoindrie si vous avez moins de rencontres organisées ? Quel est selon vous la formule d’accompagnement idéale ?


Justine : Alors, pas du tout, j’en ai fait l’expérience pendant le confinement. Pour moi, ce qui est essentiel est de se voir « pour de vrai » si les parents souhaitent mon soutien à l’accouchement. Bien sûr, il y a maintenant plusieurs moyens techniques pour faire des entretiens en ligne mais ce format doit plaire aussi aux parents. À chaque problème, une solution !

La formule idéale ? Celle choisie par les parents ! Beaucoup s’orientent vers 3 ou 4 rendez-vous prénatals d’environ 2h, la présence à l’accouchement et 3-4 rendez-vous postnatals. Ma disponibilité par message est quasi continue et ça c’est essentiel dans mon métier.


Annette & Valentine : Pourriez-vous nous décrire une journée type pour vous ?


Justine:Oh malheureusement non, parce je n’en ai pas. En revanche, en fonction de ce que nous abordons dans le rendez-vous, je prépare mon sac de doula, mes dessins, mes astuces, mon carnet d’accompagnement et je me dis que je suis entièrement dévouée à mes clients pour environ 2h. En général, je ne vois pas le temps passer et je repars plein d’ocytocine avec des parents heureux ! Je n’ai encore jamais eu besoin de mettre plusieurs rendez-vous à la suite mais je crois que je ne le ferais pas, c’est trop unique.



Annette & Valentine : N’est-ce pas difficile et même parfois épuisant d’être si impliquée et investi avec chacune des mamans/couples que vous accompagnez ?


Justine : En effet, le plus fatiguant pour moi réside dans les accompagnements en présence mais c’est aussi le plus intéressant. Comme tout le monde, je me ressource et je me recentre à travers ma famille, mes amis et mes passions ! Chaque parent a le droit à ce plein investissement, pour moi c’est important, c’est pour cela que je n’hésiterais pas à refuser un accompagnement si cela pouvait être de trop pour mon équilibre personnel.





4. Un accompagnement pour venir atténuer et prévenir la violence du potentiel post-partum.


Annette & Valentine : Vous avez un grand rôle d’observation et de compréhension de certains non dits ou comportement qui peuvent entraîner des situations compliquées pour les mamans. Pourriez-vous nous en parler un peu plus ?

Justine : Ah oui ! J’ai vécu une dépression post-partum pour mon premier enfant et un syndrome post-traumatique pour mon deuxième enfant, et pourtant je n’ai jamais été sujette à des dépressions auparavant. Alors je me suis informée (après coup) sur ce fameux post-partum. C’est malheureusement assez fréquent dans notre culture très sédentarisée et c’est pourquoi, j’ai à cœur d’agir avec ce bon vieux adage : mieux vaut prévenir que guérir !



Annette & Valentine : On parle parfois du deuil que certaines femmes doivent faire pendant leur grossesse : le deuil de leur vie de jeune fille, de leur vie antérieure… même si pourtant cette grossesse et attendu parfois depuis bien longtemps. Pourriez-vous nous en dire plus ?

Justine : Effectivement, cela pourrait être un des nombreux facteurs favorisant une dépression post-partum. La vie avec un enfant continue (et heureusement !) mais cela bouleverse le parent et le couple. J’aurais aimé qu’on me dise, tu verras cela peut être difficile les débuts avec un bébé ! Je pense que cela aurait pu m’éviter une dpp ou du moins l’amoindrir.





5. La doula vous accompagne pour vivre une grossesse épanouie, pendant laquelle vous n’êtes pas trop dure avec vous-même et pendant laquelle vous ne vous laissez pas influencée par les images de la soit disant « mère parfaite » que vous renvoie la société


Annette & Valentine : Il y a beaucoup de pression mise par les réseaux sociaux notamment sur les mamans, comment gérez-vous cela avec les personnes que vous accompagnez ?

Justine : J’essaie de déculpabiliser les parents, de faire tomber des mythes, parfois en parlant d’autres expériences. Je suis transparente. Chaque parcours de parents nous enrichit en tant que doula mais enrichit également tous les autres parents que l’on rencontre. Une mère qui en a marre et qui aimerait souffler deux heures pour aller courir n’est pas une mauvaise mère. Elle est un individu unique aussi et a aussi ses propres besoins. Des parents heureux pour des enfants heureux!  Une mère qui souhaite pratiquer le cododo pour son 3e enfant n’est pas mieux ou moins bien qu’une autre !


Annette & Valentine : Remarquez-vous également que les femmes en générales se mettent beaucoup de pressions ? Auriez-vous quelques conseils à donner ?

Justine : Effectivement, moi la première ! C’est toujours plus facile à dire qu’à faire mais première chose en parler à une personne de confiance et qui ne va pas vous juger, trouver un groupe de soutien sur facebook, rencontrer d’autres parents dans le même cas, accepter ses émotions, se regarder dans la glace et se dire qu’on fait de son mieux avec ce qu’on a, garder chaque jour/semaine, un temps pour soi et en profiter, communiquer dans son couple ses besoins respectifs, écrire sur des petits papiers les petits bonheurs du quotidien, déléguer certaines tâches, se rappeler ce proverbe africain « Il faut tout un village pour élever un enfant. » et…contacter une doula !


Nous souhaitons remercier Justine pour ce magnifique partage, ses explications et sa présentation de son travail/vocation. Nous en avons nous même appris énormément. Il est d’un grand réconfort lorsqu’on est enceinte de se sentir accompagnée, soutenue et comprise, il est clair que Justine à travers son accompagnement de doula prodigue tout ce soutien et plus. Nous ne trouvons ça que dommage que ce métier ne soit pas plus connu, c’est pourquoi il nous était cher de vous le faire découvrir, car premièrement c’est un métier magnifique mais par-dessus tout il peut transformer une grossesse pour le meilleur.


Si vous souhaitez avoir plus d’informations sur les doula et l’accompagnement que peut vous procurer Justine, mais aussi connaître les tarifs, je vous invite à vous rendre sur le site suivant : www.judoulasuisse.com.

Et prendre contact avec elle au : judoulasuisse@gmail.com (+41) 76 731 10 37 ou sur les réseaux sociaux : judoulasuisse


copyright photo: 1ère photo: Stiks Photography


100 vues